Chacun peut agir à son niveau pour préserver la biodiversité…

                 Le weekend du 19 au 20 Novembre 2016 s’est tenue la 14e édition du salon de la Nature et du Terroir à Saint-Martin-Lez-Tatinghem. Comme chaque année la LPO était présente. Les bénévoles ont proposé la création de refuge LPO sur le balcon ou le jardin des particuliers. Ces refuges ont pour vocation de protéger et d’enrayer le déclin de la biodiversité. En effet, de nombreuses espèces autrefois communes sont en difficulté comme l’hirondelle de fenêtre, le bleuet ou le hanneton. Un coin de nature aussi petit soit-il peut être favorable à ces espèces. Des membres étaient également à la recherche de bénévoles pour participer à l’enquête “rapaces nocturnes” du Pas-De-Calais. Six espèces seront étudiées (chouette hulotte, hibou des marais, hibou moyen-duc, chevêche d’Athéna, Effraie des cochers et grand-duc d’Europe) et ce afin d’obtenir une carte de répartition et de pouvoir protéger les habitats. L’enquête se fera d’avril à septembre 2017 afin de ne pas déranger les oiseaux durant la période de reproduction. Plus d’informations ici.

 

 

 

 

               Le conservatoire d’espaces naturels du Nord-Pas-de-Calais était aussi présent pour nous apprendre à réaliser des abris simples pour insectes. Les personnes du stand nous rappellent que les grands hôtels à insectes bien qu’esthétiques, favorisent la concurrence entre les insectes et sont donc à éviter. Créer de nombreux petits abris est de loin préférable !

abri pour abeilles et bourdons

                L’association Oiso (Observation Initiation et Soins aux Oiseaux) a mis en vente les photos de leurs protégés ainsi que divers articles afin de recueillir des fonds pour leur centre de soin. Cette association est connue pour soigner les oiseaux sauvages. Il est possible de les aider en devenant transporteur bénévole. Lorsque une personne appelle afin de signaler la découverte d’un oiseau blessé, le réseau de transporteur est activé. Ainsi un premier transporteur pourra déposer l’animal dans une des cliniques vétérinaires partenaires. Un autre bénévole est ensuite contacté afin de récupérer l’animal dans la journée et de le conduire dans une autre clinique ou chez un autre volontaire et ce jusqu’à ce que l’oiseau soit arrivé au centre de soins. Pour en savoir plus, cliquez ici (je peux aussi répondre à certaines de vos questions en tant que transporteur).

Article rédigé par Annabel Courtin, étudiante de M2 ETE.